Accueil Ressources Parents
Vos Articles prèférés
Tous les articles


Notez cet article :

1.7/5 (46 votes)

PartagerEnvoyer à un ami

L'obésité chez l'enfant.

 

De plus en plus d'enfants sont aujourd'hui en surpoids voir obèse. Ce phénomène est plus qu'inquiétant. Si l'on n'agit pas, ces enfants vont devenir des adultes obèses, des adultes en danger.

Qu’est-ce que l’obésité ?

L'obésité est une maladie.

 C’est un excès de masse grasse dans le corps. C’est un déséquilibre entre l'apport d’aliment quotidien et les dépenses énergétiques : l'organisme reçoit plus qu'il ne dépense et donc " stocke " une partie du surplus.

Les causes de l’obésité de l’enfant

Les raisons  sont multiples : d’ordre génétique, nutritionnel, métabolique, psychologique et social.  

Voici quelques causes d’obésité :

- l’alimentation « compensation ».On mange pour faire face aux conflits, à l’agressivité, à l’angoisse, au manque affectif.

- la confusion entre une émotion et la sensation de faim due à des événements négatifs.- une faible sensibilité à la faim ou à la satiété (sensation de ne plus avoir faim), mais en revanche une grande sensibilité à la vue des aliments disponibles, à la diversité, au goût agréable, aux publicités.

L’environnement est aussi en cause. Les facteurs familiaux peuvent être très variés :

-        faible revenu  ne permettant pas une alimentation variée

-        utilisation des aliments comme récompense ou comme consolation

-        enfant seul à la maison au retour de l’école

-        décès d’un proche

-        séparation des parents

-        modification du mode de garde

-         secrets de famille

-         inceste, maltraitance, violence…

Les facteurs sociaux comme :

- la discrimination

- le rejet des autres

- les pressions sociales

Provoque également une augmentation de la consommation alimentaire…. Certains de ces facteurs représentent parfois de véritables stress pour l’enfant ou l’adolescent et peuvent le rendre vulnérable à la prise de poids.

Les facteurs génétiques

Des progrès importants ont été réalisés depuis quelques années dans la compréhension des bases génétiques de l'obésité. Les études génétiques des populations nous apprennent que les risques d’hériter des gènes responsables de l’obésité sont entre 25 à 45 %.

Le traitement de l’enfant obèse

Il doit se faire très tôt, dès l’apparition d’un surpoids, avant l’adolescence si la hausse de poids est importante, les chances de succès étant alors plus grandes.

Un examen sérieux fait par le médecin retrace l’histoire de l’obésité et en recherche les causes.  

Le traitement fait appel à un pédiatre, au nutritionniste, diététicien, psychologue ou pédopsychiatre … en fonction des résultats. Le traitement est personnel, c’est-à-dire adapté à l’âge, à la croissance, à l’activité physique, au surpoids de l’enfant et en tenant compte des facteurs culturels, socio-économiques et religieux, ainsi que les traditions culinaires familiales (régionales, ethniques) et les particularités de l’enfant.

L’intervention médicale concerne l’enfant et sa famille (parents surtout mais aussi les frères et sœurs, voire famille élargie ou nourrice si nécessaire notamment dans les obésités sévères).. Avant l’adolescence, la stabilisation du poids suffit le plus souvent, la croissance de l’enfant va permettre de restructurer sa morphologie.

Ceci suppose des modifications des habitudes alimentaires (alimentation équilibrée et portions adaptées à l’âge et aux dépenses) et du niveau d’activité de l’enfant et de sa famille :

Il est nécessaire de lutter contre le grignotage, ne pas sauter de repas notamment le petit déjeuner, manger aux quatre repas en quantité raisonnable, assis à table, avec des couverts, pas seul, lentement en parlant, sans se resservir, en ne buvant que de l’eau, éviter les aliments trop caloriques et les sucres rapides. Aucun aliment ne doit être totalement interdit, un écart par semaine peut être permis en négociant avec l’enfant ce qui est acceptable. L’enfant doit avant tout redécouvrir le goût des aliments variés et confectionnés à la maison ainsi que les notions de faim et de satiété.

 

Le rôle des parents est donc fondamental : éviter de remplir les placards et les frigos de gâteaux et de boissons sucrées, éviter les gâteaux apéritifs, ne pas obliger à terminer l’assiette…

- l’activité physique doit être valorisée et l’inactivité doit être diminuée. Il ne s’agit pas d’interdire la télévision, les jeux vidéo ou l’ordinateur, mais de les limiter dans le temps en proposant à la place des activités de loisirs agréables en fonction des préférences de l’enfant et des possibilités d’organisation matérielle et financière de la famille.

Les sports plus faciles à pratiquer chez les personnes en surpoids sont la natation, la voile, le vélo, l’aviron… Les sports d’endurance favorisent la

 

réduction de la masse grasse (randonnée, ski de fond, course de fond…). Là encore, les parents ont une place importante dans l’organisation de la journée de leur enfant les jours d’école comme le mercredi, le week-end et pendant les vacances.

Chez l’adolescent ayant terminé sa croissance, il ne faut pas fixer d’objectifs en terme de vitesse de perte de poids ou de nombre de kilos à perdre, mais accompagner l’adolescent dans une stabilisation de son poids, puis une décroissance régulière à son rythme.

 

Dans les exceptionnelles situations d’enfant mais plus souvent d’adolescent présentant une obésité sévère compliquée ou résistante, une cure peut être proposée pendant les vacances voire pendant l’année scolaire.

L’aide à la lutte contre les moqueries de l’enfant ou de l’adolescent fait aussi partie intégrante du traitement si l’enfant en subit.

Des professionnels sont présents pour écouter l’enfant et l’aider à surmonter ces problèmes et cette maladie.

 


Vous êtes ici :
Accueil >> Ressources Parents >> Tous les articles


 

Jeudi 23 Novembre 2017

Copyright 2007~2017 - Association L'OCAL