Accueil Ressources Parents
Vos Articles prèférés
Tous les articles


Notez cet article :

3.0/5 (4 votes)

PartagerEnvoyer à un ami

Comment éduquer ses enfants sans crier ?

 

 

 

Fatigue, stress ? Difficile parfois de ne pas hausser la voix quand votre cher enfant rechigne à faire ce que vous lui demandez.

Pourtant, crier ne s’avère d’aucune utilité, bien au contraire, cela crée une ambiance pesante dans votre maison.

La communication bienveillante c’est quoi  ?

La communication bienveillante est une méthode visant à créer entre les personnes des relations fondées sur l’empathie, la compassion, la coopération harmonieuse et le respect de soi et des autres. Cela ne veut pas dire être laxiste. Il faut donner un cadre à son enfant, avec des règles bien précises sur lesquelles vous ne reviendrez pas.

 

L’enfant a besoin que vous compreniez son ressenti.

 

La posture est importante quand on s’adresse à son enfant, il faut se mettre à sa hauteur, « se connecter avec son enfant », arrêter quelques instants ce que l’on fait.

Il est nécessaire de prendre le temps.

La communication bienveillante améliore les relations, grâce à cela l’enfant se sent écouté.

 

 « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent »

Afin d’arriver à établir une communication bienveillante et sans crier entre vous et votre enfant, il faut que vous ayez conscience que ce n’est pas parce que vous parlez plus doucement et sans vous mettre en colère que cela ne fonctionnera pas.

 

Ne donnez pas d’ordre, la coopération, le « faire ensemble » est beaucoup plus efficace pour établir un véritable dialogue.

De plus, la coopération emmène l’enfant vers l’autonomie.

 

Comment amener son enfant vers l’autonomie et donc moins crier ?

Trois phases successives sont nécessaires afin d’arriver à l’autonomie :

 Le copilotage : Fixer des objectifs avec votre enfant et faites les avec lui. Ex : Mettre la table, ranger ses vêtements.

 

La délégation : Laisser le faire , même si ce n’est pas à votre façon ex : Rangement de la chambre, petit ménage, tableau des tâches (créer un tableau avec vos enfants afin de définir qui fait quoi et quel jour.).

 

L’autonomie : Faire seul

 

Dans d’autres domaines, vous pouvez également lui proposer de faire des choix car cela le responsabilisera.

Ex : (Préfères-tu prendre ta douche avant ou après le repas ? Préfères-tu mettre le pull rouge ou le bleu ?).

 

Vous offrez à votre enfant le choix entre deux possibilités que vous avez déterminés. C’est vous qui le guidez en laissant par ailleurs se développer ses goûts.

 

Grâce à l’autonomie qu’il aura acquise avec vous votre enfant développera ainsi son estime de soi.

L’estime de soi est primordiale c’est l’opinion que nous avons de nous même. Pour bien grandir, l’enfant a besoin d’une forte estime de soi.

 

« Frapper un adulte c’est une agression

Frapper un animal c’est une cruauté

Frapper un enfant c’est l’éducation »

 

Quelques astuces pour éviter de sortir de vos gonds :

 

Attirez l’attention sur ce qui est permis :

Exemple : dans un magasin votre enfant à tendance à toucher à tout, à courir, dites lui qu’il peut aller vous chercher quelques courses ou prendre son propre caddie.

 

Adoptez le bon ton de voix :

Avoir le bon ton de voix est très important, si vous n’êtes pas convaincue de votre demande il y aura une incohérence entre votre requête et vos émotions et cela ne marchera pas.

 

Exemple : Merci de ranger ta chambre, je t’ai demandé de le faire ce matin.

 

Éradiquez les écrans :

Il est préférable de couper les écrans, pas de télé pas de téléphone pendant les repas. Soyez présent, écoutez les, il faut du temps pour communiquer et ainsi établir une vraie relation.

 

Utilisez le « JE » et non le « TU » :

A la place de : « Qu’est-ce tu as fait, ça ne va pas non ? Tu ne peux pas faire attention ! » préférons « Regarde, il y a des jouets partout ! Je suis fatigué de ranger, Je n’aime pas quand c’est le bazar, ce n’est agréable ni pour toi ni pour moi », Vous décrivez la scène, et exprimez vos sentiments par rapport à des faits. Ainsi votre enfant n’est pas blessé dans sa personnalité.

 

Vous n’êtes pas d’accord avec ce qu’il fait mais pas avec ce qu’il est.

Utilisez la technique où l’on compte sur ses doigts

 1, 2, 3 avant la sanction :

Elle permet de préparer l’enfant et de lui laisser le temps de se mettre en mouvement, vous lui donnez comme cela une petite chance d’obéir sans le sanctionner immédiatement.

 

« Nous sommes parfaitement imparfait »

 

Sanction ou Punition :

Sanctionner c’est réagir à la transgression d’une règle que votre enfant connaissait. Pour qu’une sanction soit juste, il est important que la règle, mais aussi, la sanction soient connues à l’avance par l’enfant et claires pour lui.

La sanction doit permettre l’apprentissage des règles de la vie en société (Si la règle est de ne pas dégrader le mobilier de la maison, la sanction en cas de violation de cette règle pourrait-être que celui qui dégrade remet en l’état). Bien-sûr il aura besoin d’être accompagné par vous dans cette démarche : Il mesurera plus facilement la portée de ses actes et les conséquences si il répare.

 

Punir c’est faire preuve de pouvoir et de puissance, en plaçant l’enfant dans l’impuissance et la soumission. Nous le faisons souvent sous le coup de la colère ou de la peur

(« Va dans ta chambre et ne ressors que pour le dîner » ou « Tu seras privé de sortie ou de télévision pendant quinze jours »). Les punitions sont forcément injustes, elles sont en fonction de nous, de nos émotions et aussi de notre humeur, de notre stress et de notre fatigue du moment.

 

« C’est pour quoi nous vous invitons à proposer plutôt des sanctions suivies d’un retour au calme»

 

N’oublions pas que nos enfants apprennent par mimétisme, si on crie souvent après un enfant, il apprendra aussi à crier. En agissant ainsi, nous mimerons les effets négatifs de la colère.

 

« Toutes les émotions sont légitimes, les comportements ne sont pas tous acceptables »

 

En conclusion et de manière générale, fixez des règles claires et précises, ne revenez pas dessus sans cesse et faites le répéter de manière à voir si votre enfant les a bien comprises, et s’il connaît les conséquences au cas où il ne les respecterait pas.

 

«La seule manière intelligente d’éduquer consiste à être soi-même un exemple»

Albert Einstein

 

Bibliographie :

« Éduquer sans crier, c’est malin » de Sandrine Catalan-Hassé et Rafi Kojayan.

 

« La discipline positive : En famille, à l’école, comment éduquer avec fermeté et bienveillance » de Jane Nelsen et Béatrice Sabate.

 

« T’es toi quand tu parles » de Jacques Salomé

 

« Être parent avec son cœur, l’approche de la communication non-violente » de Inbal Kashtan

 


Vous êtes ici :
Accueil >> Ressources Parents >> Tous les articles


 

Samedi 22 Septembre 2018

Copyright 2007~2017 - Association L'OCAL